Saison 2020-2021

Cycle "Géopolitique de l'économie culturelle" 1/2 : l'ingénierie culturelle à la française, un atout à l'export ?

cycle "géopolitique de l'économie culturelle" 1/2 : l'ingénierie culturelle à la française, un atout à l'export ?

mercredi 20 janvier 2021 à 19:00

L’ingénierie culturelle consiste à déployer des techniques et outils en vue de développer un projet culturel de valorisation du patrimoine - matériel ou immatériel - d’un territoire. Ceci se traduit souvent par la mise en œuvre culturelle mais aussi technique, juridique et financière d’un projet de lieu culturel (musées, médiathèques, salles de spectacle vivant, tiers-lieux, etc). Cette ingénierie culturelle plutôt portée par une myriade d'entreprises privées se traduit également par de la formation et la transmission de savoir-faire, et concerne en particulier le secteur muséal, sur les questions de conception, réalisation et exploitation. Jusqu’à la crise de la Covid19, le marché mondial de la construction de musées était en plein essor. Chaque trimestre, de nouvelles institutions culturelles de premier plan s’ouvraient aux quatre coins du monde, de quoi légitimer l’émergence de certains pays sur la scène géopolitique par la recherche d’un rayonnement culturel international.

Malgré cette concurrence accrue, la France demeurait encore en 2019 la première destination mondiale en matière de tourisme culturel. Une influence auprès des visiteurs étrangers entre autres garantie par les grands musées nationaux. De cette attractivité, des acteurs culturels publics français ont su capitaliser sur des savoir-faire en muséologie et stratégies muséales pour les exporter à l’international. C’est ainsi que depuis le début des années 2000, plusieurs partenariats commerciaux ont été engagés, à l’instar du Louvre Abu Dhabi dont l’aventure remonte officiellement à 2007 et inauguré en novembre 2019, du Musée Rodin de Salvador de Bahia aux 62 plâtres de l’artiste exposés entre 2009 et 2012, d’Universcience avec la duplication de Cités des enfants à Hong-Kong, Macao et Dubaï, ou encore du Centre Pompidou à Malaga et dernièrement à Shanghai.

En mars 2019, la Cour des comptes remettait au Sénat un rapport sur la valorisation de l’ingénierie et des marques culturelles sous l’angle d’analyse des musées nationaux. Ses conclusions aboutissent à cinq recommandations pour le Ministère de la culture et le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères visant à structurer une stratégie française à l’international.

Alors que la France a pris la tête du classement « Soft power 30 » de Portland en 2019, l’ingénierie culturelle est-elle un levier diplomatique du soft power français ?

  • Nous tâcherons de savoir avec nos intervenants où en est l’initiative de structuration et de coordination de l’offre française d’ingénierie culturelle à l’international.
  • Puis, nous analyserons cette offre d’ingénierie française au regard du nouveau contexte pandémique, et en particulier de la crise du présentiel, repositionnant au centre de l’échiquier les compétences numériques.
  • Enfin, nous chercherons à découvrir les réalités opérationnelles de grands contrats stratégiques à l'étranger passés et en cours.

Intervenants

  • • Agnès Alfandari, Directrice du numérique, Institut Français ;
  • • Agnès Saal, Cheffe de la Mission Expertise culturelle internationale au sein du ministère de la Culture ;
  • • Luc Archambeaud, Directeur du développement, Culturespaces ;
  • • Jean-François Charnier, Directeur scientifique, Afalula.

Modérateurs

  • Pierre REINISCH
    universcience/Responsable de Projets Export, Secrétaire Général c&m


Retour